Tout ce que vous devez savoir: l’AS Saint-Etienne

L’AS Saint-Etienne est l’un des grands noms du football français, un club dont la glorieuse histoire fait de lui l’une des équipes les mieux soutenues du pays et dont le maillot vert est l’un des plus emblématiques d’Europe. Ligue1.com vous dit tout ce que vous devez savoir sur les Verts…

HISTOIRE

Le club a vu le jour en 1919, créé pour les salariés du groupe de supermarchés Casino basé à Saint-Etienne. Casino faisait même partie du nom du club au tout début. Suite à une fusion avec une autre formation locale, le club devient l’Association Sportive Stéphanoise en 1927 avant de devenir professionnel en 1933 et d’adopter son nom actuel, Association Sportive de Saint-Etienne. Ils ont commencé l’ère professionnelle en jouant dans le deuxième niveau, mais ont remporté la promotion au premier rang pour la première fois en 1938 sous l’Anglais Teddy Duckworth. Ils ont terminé quatrième cette année-là dans une introduction impressionnante à l’élite, mais le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale a suivi quelques mois plus tard et ils ont dû attendre 1945 pour commencer leur deuxième saison dans le premier rang. Les Vertsétaient finalistes de cette première campagne, mais ce début d’après-guerre était dominé par Lille, l’OGC Nice et le Stade de Reims.

Néanmoins, Saint-Etienne est devenu une force avec laquelle il faut compter sous l’entraîneur Jean Snella, ancien joueur du club. Ils ont remporté leur premier trophée en 1955, en soulevant la Coupe Charles Drago, une compétition aujourd’hui disparue pour les équipes éliminées tôt de la Coupe de France. Leur premier titre de champion suivit en 1957, alors que Sainté terminait à quatre points d’avance sur le RC Lens au sommet. Cela a donné au club une chance en Coupe d’Europe pour la première fois de la campagne suivante, mais ce fut une aventure de courte durée, puisque Saint-Étienne a perdu 4-3 au total face aux géants écossais des Rangers au tour préliminaire.

Deux décennies de domination,

Snella avait jeté les bases pour que le club continue de dominer le jeu français pendant deux décennies, du début des années 1960 au début des années 1980. Il n’était pas aux commandes quand ils ont remporté leur première Coupe de France en 1962, un succès doux-amer puisqu’ils ont également été relégués cette saison-là. Néanmoins, cette campagne s’est avérée être le début d’une ère glorieuse, car ils sont revenus directement en tant que champions de deuxième rang, puis ont immédiatement remporté la ligue à leur retour dans l’élite lors de la saison 1963-64. Snella était de nouveau aux commandes, André Guy frappait dans les buts et le grand Robert Herbin était désormais un élément clé de l’équipe. Saint-Étienne était à nouveau champion en 1967, terminant quatre points d’avance sur le champion en titre du FC Nantes.

Snella est parti après ce triomphe, et a été remplacé par Albert Batteux, l’homme qui avait remporté cinq titres de champion à la tête de Reims. Batteux a repris là où Snella s’était arrêté, remportant un doublé en championnat et en coupe lors de sa première saison à la tête. Inspirés par les buts d’Hervé Revelli et du brillant malien Salif Ke? Ïta, ils sont à nouveau champions en 1969 puis remportent un nouveau doublé en championnat et en coupe en 1969-70, ce qui en fait quatre titres de champion consécutifs pour le club. Les Verts ont également remporté leur premier grand cuir chevelu européen en 1969-70 en battant le Bayern Munich au premier tour de la Coupe d’Europe, mais Batteux n’a pas pu emmener l’équipe sur de longues courses dans les compétitions continentales.

Batteux est parti en 1972 et a été remplacé par un Herbin de 33 ans. Avec une équipe construite autour d’une foule de joueurs issus de leur jeunesse, Herbin a emmené Sainté dans un autre doublé en championnat et en coupe en 1974, puis un autre en 1974-75. Ce fut sans doute la plus belle saison de l’histoire du club, car ils ont terminé neuf points d’avance sur l’Olympique de Marseille en tête du championnat, ont battu Lens en finale de la Coupe et ont atteint les demi-finales de la Coupe d’Europe. Cette course a comporté une victoire célèbre sur Hajduk Split au deuxième tour avant d’être finalement battu par le Bayern en demi-finale.

Poteaux carrés

Avec Saint-Etienne au sommet de sa puissance, ils remportent un troisième titre consécutif en 1976 et atteignent également la finale de la Coupe d’Europe, devenant ainsi la deuxième équipe française à le faire. L’équipe de Herbin a battu les Rangers, le Dynamo Kiev et le PSV Eindhoven sur le chemin d’une autre confrontation avec le Bayern, cette fois en finale à Glasgow. L’équipe de Herbin n’a pas eu de chance de perdre la finale 1-0, et leur malheur ce soir-là est rappelé dans la légende de Saint-Étienne comme étant dû aux poteaux carrés de Hampden, les «poteaux carrés».

Cette année s’est avérée être un moment fort pour le club, même si la saison suivante les a vus remporter une autre Coupe de France et se rendre à Liverpool dans un autre match européen mémorable, cette fois en quarts de finale de la Coupe d’Europe. Michel Platini a rejoint le club en 1979 et a été le catalyseur d’un dernier sort glorieux aux côtés du Néerlandais Johnny Rep. Saint-Etienne a remporté son 10e titre de champion en 1981 – un 10e en 25 ans – avec Platini marquant 29 buts dans cette course. Cependant, ils ont perdu la finale de la Coupe de France cette année-là contre Bastia et ont été battus à nouveau en finale l’année suivante, après quoi Platini est parti pour la Juventus.

Saint-Etienne 2013 Coupe de la Ligue final

Déclin et renaissance

Le déclin s’est produit après cela, le président de longue date Roger Rocher se retirant dans un scandale de paiements illicites. Herbin est parti la saison suivante, et Saint-Etienne a été relégué en 1984. Dans les années qui ont suivi, il y a eu de brefs moments de succès, comme une course à la quatrième place sous le retour d’Herbin en 1988, mais le club a été relégué à nouveau en 1996. et est même venu près de tomber dans le troisième niveau après cela. Ils sont revenus dans l’élite en 1999 mais ont passé trois ans de plus en Ligue 2 après avoir été relégués au terme d’une campagne 2000-01 entachée d’un scandale sur de faux passeports impliquant certains de leurs joueurs étrangers.

Depuis ces années, Saint-Etienne est progressivement devenu une force avec laquelle il faut compter à nouveau. Christophe Galtier les a redonné à quelque chose comme leurs anciennes gloires en huit ans à la tête entre 2009 et 2017. Ils sont redevenus les six premiers habitués, ont profité des courses européennes et ont mis fin à une sécheresse de trophées de plus de trois décennies en remportant la Coupe de la. Ligue 2013, en battant le Stade Rennais FC en finale. Ils ont également atteint la finale de la Coupe de France de cette saison, dans laquelle ils doivent affronter le Paris Saint-Germain.

COULEURS DU CLUB

Saint-Etienne doit ses chemises vertes emblématiques à son lien avec Casino. Le vert est aussi la couleur de la grande chaîne de supermarchés française, basée à Saint-Etienne et qui a été à l’origine de la création du club d’origine en 1919. L’étoile sur le badge du club marque leurs 10 titres de champion, ce qui reste un record français.

ICÔNES DU CLUB

Robert Herbin

Immédiatement reconnaissable à sa vadrouille de cheveux roux ressemblant à une permanente, Herbin a été défenseur et milieu de terrain dans certaines brillantes équipes de Saint-Étienne entre 1957 et 1972. Il est devenu entraîneur en 1972 à l’âge de 33 ans, remplaçant Albert Batteux dans le pirogue et superviser quatre autres titres de champion, trois triomphes en Coupe de France et la course à la finale de la Coupe d’Europe en 1976. Il a fait près de 500 apparitions en tant que joueur. Seul René Domingo, capitaine de la première équipe de Saint-Étienne vainqueur du titre en 1957, a fait plus.

Hervé Revelli

Avec 209 buts, Revelli est le meilleur buteur de tous les temps de Saint-Etienne. Il fait également partie de leur top 10 des créateurs d’apparences de tous les temps. Revelli a joué pour le club entre 1966 et 1971, puis est revenu en 1973 après un passage de deux ans à Nice. Il est resté jusqu’en 1978. Il a remporté sept titres de champion avec le club et a joué dans l’équipe qui a perdu la finale de la Coupe d’Europe 1976 contre le Bayern Munich. Revelli a également été le meilleur buteur de la ligue à deux reprises au club, en 1967 et à nouveau en 1970.

Michel Platini France Yougoslavie 1984

Michel Platini

Platini était la star de la dernière grande équipe de Saint-Etienne. Il a rejoint le club de Nancy en 1979 et a marqué 20 buts dans l’équipe qui a remporté le titre en 1981, à ce jour le dernier championnat de championnat remporté par Les Verts . Il a de nouveau été le meilleur marqueur la saison suivante, mais Saint-Etienne a terminé deuxième du championnat et de la Coupe de France et il est parti en 1982 pour la Juventus, où il a connu les meilleures années de sa carrière. Capacité

Stade: Stade Geoffroy-Guichard
: 41965


La maison de Saint-Étienne depuis 1931 porte le nom de Geoffroy Guichard, le fondateur de la chaîne de supermarchés Casino qui résidait dans la ville. Il a subi plusieurs rénovations avant d’accueillir des matchs lors de tournois majeurs, du Championnat d’Europe 1984 à la Coupe du monde 1998 et à l’Euro 2016. Il est populairement connu sous le nom de Le Chaudron, ou The Cauldron.

Saint-Etienne v Bordeaux teams come out

Le record de fréquentation de 47 747 a été établi en quart de finale de Coupe de France contre Lille en 1985. L’extrémité sud du terrain porte le nom de la légende du club Jean Snella, et le stade abrite également un musée dédié à la riche histoire des Verts .

Le saviez-vous?

La ville de Saint-Étienne était autrefois un centre de l’industrie charbonnière, située au cœur du bassin houiller de la Loire. Les mines sont fermées depuis longtemps, mais la ville reste fière de son patrimoine et de nouvelles signatures reçoivent une lampe de mineur en rejoignant Saint-Etienne. L’entraîneur actuel Claude Puel en a reçu un lors d’une cérémonie dans un terrain de pétanque plus tôt cette saison. Le club affirme que la lampe est un « objet symbolisant l’histoire de la ville de Saint-Etienne » et porte les valeurs de « 

Tu pourrais aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *